Un peu d’histoire L’améthyste en Auvergne

Pierre du mois de février , l’Améthyste réputée à travers le monde pour sa coloration intense, est une pierre chargée d’histoires…  En  France l’exploitation de l’améthyste est principalement située en Auvergne

Un peu d’histoire…

Il s’agit de l’un des minéraux emblématiques de l’Auvergne car on y trouve le plus grand gisement de France (voire d’Europe) entre les communes de Saint-Germain-L’Herm et du Vernet la Varenne.
L’améthyste d’Auvergne a cristallisé, à partir de magmas granitiques, elle se présente rarement sous forme de géodes comme dans les coulées de lave basaltique, caractéristiques des gisements volcaniques du Brésil, de Namibie ou des îles Kerguelen.
L’améthyste est une variété de quartz dont la couleur se décline du violet sombre au violet lilas, translucide ou opaque..Cette couleur spécifique est due à la présence de fer dans les cristaux. Cousine de la citrine que l’on retrouve généralement dans les même gisements, il existe même l’amétrine un mélange des deux.
L’extraction de l’améthyste en Auvergne aurait commencé au début du XVIè siècle.

Cette pierre précieuse, symbole de sobriété est très prisée des évêques en effet la tradition de l’église demande à l’évêque de porter l’améthyste à son doigt. Celui-ci doit faire abstraction de son égo pour gouverner le peuple de Dieu, en se gardant de toute ivresse, et en demeurant bien ancré dans les réalités de ce monde.

Anneau épiscopal en améthyste, 18e siècle (Source: Wikimedia Commons)

Elle est aussi très demandée par la noblesse et la grande bourgeoisie pour orner les pièces de joaillerie. Les pierres extraites dans les veines de la région sont vendues à Issoire sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, ce qui contribue également à leur renommée.
Au début des années 1900, l’exploitation de l’améthyste dans la région devient industrielle avec l’ouverture d’une taillerie à Royat. Le lieu prend beaucoup d’importance au fil de années à tel point qu’on ne parle plus d’améthyste mais de pierre de Royat.
Pendant les années 20, on y compte 80 employés à temps plein avec une majorité de femmes chargées de la taille des pierres. De plus en plus concurrencée par les pays étrangers, la taillerie a fermé définitivement ses portes en 2004. Le bâtiment historique a été racheté par la municipalité de Royat et devrait être transformé en musée dans les années à venir.

Entre 1974 et 1975, une nouvelle tentative d’extraction est menée par des lapidaires et bijoutiers du département . La récolte fut pauvre en pierres gemmes et l’aventure, financièrement désastreuse, fut écourtée.  D’ autres tentatives de carrières à ciel ouvert furent aussi ouvertes sur les communes d’Aix-la-Fayette et de Chaméane. Cette dernière intéressa la COGEMA, à la découverte d’un gisement d’uranium, la pechblende étant ici associée à l’améthyste. L’irradiation des composés radioactifs, lors de sa formation dans la lithosphère hercynienne, serait à l’origine de la teinte très sombre de cette variété d’améthyste. Reste des traces de ces exploitations une quantité phénoménale de débris, éparpillés dans les proches parcelles de terres que les labours d’automne mettent au jour.

Références
La maison de l’Améthyste et ses partenaires La maison de l’Améthyste : • Musée : Château de Montfort – 63580 Le Vernet la Varenne maison.amethyste@orange.fr ; www.maison-amethyste.fr ; 04 73 71 31 32 • Siège social : Mairie – 2, route Sainte Catherine – 63580 Le Vernet-la-Varenne – 04 73 71 31 21

Réalisations bijoux d’améthyste 

collier améthyste brute